Réunion du comité de pilotage du projet le 16 mai 2012

Nous n’étions pas nombreux lors de ce comité de pilotage qui devait marquer la fin de la première année scolaire de notre collaboration avec la région de la Vysocina. Autant le dire tout de suite, nous avons pris rendez-vous ensemble en juillet pour un “copil” digne de ce nom.

Mais qu’à cela ne tienne, même peu nombreux, on avance quand-même !!!

Au programme, nous avions prévu de faire le bilan des deux premières mobilités en République tchèque et de la venue de nos amis en janvier en France.

Avant tout, les lycées présents renouvellent leur intérêt pour la démarche portée par la Région, avec un petit bémol pour le lycée Bazin qui n’a pas pu trouver d’équivalent en Vysocina, ce qui va compromettre le développement d’un partenariat. Pour autant le fonctionnement tchèque interpelle, en particulier la possibilité pour le chef d’établissement, de recruter le personnel et de pouvoir intervenir sur 20% de la rémunération. La forte responsabilité des enseignants est également pointée, en particulier due à l’absence de “corps intermédiaires” tels que nous pouvons les connaître: conseillers principaux d’éducation, chefs de travaux, conseillers d’orientation psychologues, etc.

D’ailleurs, les membres du comité de pilotage s’interrogent sur la polyvalence et sur la connaissance fine du lycéen dans le système français.

Finalement, “nous avons deux systèmes différents, mais nous avons les mêmes problèmes” nous dira Claude.

Pour Elisabeth Becker, l’aventure est d’autant plus intéressante qu’elle a eu de vraies retombées dans son lycée: la classe de première bac professionnel “assistant d’architecte” du lycée Arago s’est rendue dans le lycée SSS BTP de Jihlava et une jeune lycéenne tchèque intégrera le lycée dès la rentrée de septembre, pour un an.

Du 27 au 30 mars 2012, une équipe du lycée Arago, comprenant 20 élèves et 3 professeurs encadrants, s’est rendue en Vysocina, à l’invitation du directeur du lycée de Jihlava. Le projet porte sur le thème de la formation en architecture. Les élèves français ont pu rencontrer des élèves tchèques et visiter des sites prestigieux au plan architectural, comme la ville de Telc, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Du côté des chefs de travaux, ils retiennent particulièrement la possibilité offerte aux lycées tchèques de développer leur activité de service auprès des particuliers, et in fine de générer un vrai chiffre d’affaire. Il s’agit d’un réel changement de posture par rapport au principe des “objets confectionnés” en France. Au delà de ce constat, c’est la conception de l’autonomie de l’établissement qui transparaît. En outre, “le lycée est à l’image du dynamisme de son proviseur”.  Ce constat nous fait également nous interroger sur la situation des établissements dans lesquels les choses se passent mal ou dans lesquels il n’y a aucun dynamisme… Existe-t-il des garde-fous, la Région prend-elle le relais, qui prend le relais ? 

Le second temps de notre réunion s’est construit autour d’un atelier de travail. Il s’agissait d’identifier les actions mises en place en France permettant d’une part de rapprocher l’école de l’entreprise, et d’autre part de rapprocher l’entreprise de l’école. Chaque participant devait fournir deux “outils” et deux “exemples”. La cartographie ainsi constituée doit servir de base pour identifier des pratiques, des outils ou des usages informels qui peuvent faire l’objet d’une description complète à communiquer à nos amis tchéques.

Enfin, nous avons commencé à préparer la prochaine rencontre avec nos partenaires qui se déroulera du 15 au 19 octobre 2012. Cette étape du projet tournera autour des parcours de découverte des métiers et des systèmes d’orientation. Un vaste sujet qu’il faudra encore une fois condensé pour tenir en quelques heures de travail. Plusieurs pistes sont identifiées: les Centres d’Information et d”Orientation, les Espaces Métiers de la Région, les Conseillers d’orientation psychologues.

This entry was posted in Comenius école entreprise. Bookmark the permalink.